Le Loricorps s’illustre en France | Réseau de l'Université du Québec

Le Loricorps s’illustre en France

Image de l'article

Marie-Josée St-Pierre, Marilou Ouellet, Johana Monthuy-Blanc, Jessica Ménard et Vincent Lemieux ont représenté le Loricorps au Congrès français de psychiatrie qui se déroulait à Nice (France) au début décembre.

2020-01-16

Le Loricorps s’illustre en France

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’expertise de l’équipe du Groupe de recherche Loricorps s’est une fois de plus démarquée à l’international ces derniers jours, et ce, deux fois plutôt qu’une.

Alors que cinq membres de l’équipe ont été retenus pour participer au plus grand congrès français de psychiatrie à Nice au début décembre, le Loricorps a remporté le troisième prix scientifique pour la présentation intitulée « Enjeux de la prise en charge des troubles du comportement alimentaire : de l’intervention du patient à sa trajectoire de soins ». Réalisée par Johana Monthuy-Blanc, Liette St-Pierre, Jessica Ménard, Isabelle St-Pierre, Émie Therrien, Caroline Poulin, Marie-Josée St-Pierre et Charlie Fraser, cette présentation se trouvait parmi les 320 sujets en compétition.

« Il s’agit d’une reconnaissance très pertinente de la part de nos pairs. Être récompensées de la sorte, dans le pays qui a découvert l’anorexie mentale, nous prouve que l’innovation relative à la transdisciplinarité place le Loricorps parmi les experts internationaux en santé mentale », a commenté Johana Monthuy-Blanc, directrice du Loricorps.

Johana Monthuy-Blanc joint un groupe sélect

La performance du Loricorps au congrès de Nice n’était pas la seule bonne nouvelle pour le groupe. Sa directrice, Johana Monthuy-Blanc, apprenait presque au même moment que ses services étaient retenus par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (l’Anses). La mission de cette agence française est d’analyser les risques dans le domaine de l’alimentation, de l’environnement et du travail, en vue d’éclairer les pouvoirs publics dans leur politique sanitaire.

Plus précisément, Mme Monthuy-Blanc joindra pendant deux ans un groupe de travail en nutrition formé d’une dizaine d’experts multidisciplinaires qui travailleront sur la mise en place de repères alimentaires destinés aux personnes suivant un régime d’éviction des aliments d’origine animale. Le but de ce groupe d’experts est de prévenir les risques sanitaires liés à ces modes de consommation et d’établir des repères de consommation permettant de couvrir les besoins nutritionnels de ces populations, tout en réduisant l’incidence de pathologies chroniques et l’exposition aux contaminants.

Avec la période des Fêtes qui approche, le Loricorps (Groupe de recherche transdisciplinaire des troubles du comportement alimentaire) rappelle à la population de bien profiter des plaisirs de la table, et ce, en pleine conscience tout en respectant ses signaux de satiété.

Source :
Service des communications
UQTR, 20 décembre 2019

Toutes les actualités de l'Université du Québec à Trois-Rivières >>>